♦ Résumé en 10 mots =

Chevaux volés, apaches en colère et vengeance de dix ans.  

Titre = Howahkan. 

♦ Type = Roman.

♦ Genre = Réaliste / Fiction historique / Western.

Particularité vis  à vis du genre : made in France.

♦ Localisation = 1867, Nouveau Mexique.

♦ Public visé = Adultes, jeunes adultes.

♦ Nombre de mots =

148.530 (version 1 du manuscrit, avec notes de bas de page)

147.880 (version 2 du manuscrit, en ôtant les notes pour voir...)

♦ Nombre de caractères =

842.249 (version 1 du manuscrit) / 838.751 (version 2 du manuscrit)

♦ Répartis en = prologue + partie 1 + partie 2  + epilogue.

♦ Et en = 70 chapitres de taille inégale.

♦ Ecriture 1° jet = Le tout-début en octobre 2013 (les 13.000 premiers mots). Le plus gros entre le 8 mai et le 6 juillet 2014.

♦ Polissage 2°jet = juillet-aout 2015.

♦ Bétalecture & correction = septembre 2014 à mai 2015.

♦ Lecture après temps de repos = juin 2015.

♦ Début de la démarche éditoriale = Octobre 2015.

♦ Nombre de tomes = selon choix éditeur.
> Le roman comporte deux parties. Comme il est un peu long, il est possible qu'on me propose d'en faire deux tomes. 
> Pas de suite prévue. 

 

Sommaire du roman en cliquant ICI.

 Extrait du roman ICI, ou bien LA dans l'album de marge.

 Tous les posts portant sur ce projet en cliquant ICI.

 

Fiche éditée en juin pour ajouter les chiffres de la V2 du manuscrit.

Esther

L'écriture de ce texte a commencé en octobre 2013. Au bout de quelques jours et de 13.000 mots, il a été remisé dans un coin. D'abord parce qu'il m'avait clairement échappé comme un cheval emballé (j'avais prévu une nouvelle, pas un roman). Ensuite parce que je n'arrivais pas à trouver un méchant valable pour boucler l'histoire. Un Western sans méchant, vous imaginez ça?

Rangé dans un coin. Limite poubelle, donc...

En mai 2014 (le 8, précisément), je l'ai ressorti, relu, accepté l'idée du gros format et... recalé sur le méchant. Je n'aime pas créer des "méchants".  Une question de mobile, alors? Même pas, car des mobiles, j'avais ça à la pelle.

J'en venais à me dire que malgré mon goût pour les western, la traditionnelle grosse confrontation des deux camps me faisait flipper. Est-ce que par hasard j'avais envie d'écrire bisounours? Crénom d'un chaudron ! Est-ce que c'était la complexité historique qui me tarabustait ? Est-ce que, tout simplement, ce texte avait besoin d'être traité "en solo" et non en alternance avec un autre, comme je l'avais fait jusque là?

[effectivement, j'ai eu beaucoup de mal avec la baston finale]

Comme c'était vexant, de caler ainsi, j'ai ouvert sur le forum JE un journal de bord. Mission: finir le roman. Concentration, documentation, immersion... 

Le 6 juillet, je posais le point final du 1° jet. Avec un peu la larme à l'oeil, disons-le. Ensuite, il a fallu enchaîner sur le polissage, la bétalecture (merci Asyne) et la correction.

Mine de crayon de rien, le nombre de mots de ce texte qui ne voulait pas avancer a tout de même été multiplié par un peu plus de onze !

Finalement, une fois bien collée dessus, j'ai avancé très vite... Ma santé fragile et à ce moment-là très défaillante, m'y a beaucoup aidée.

C'est drôle comme de l'asthme, ça peut vous donner envie de grands espaces...

[le traitement que je suivais alors est venu à bout de mon irritation asthmatique.
Depuis, deux hivers sans rhume m'ont évité de rechuter]


 

 

 

Ajout de dernière minute = j'ai découvert qu'un autre roman, écrit plus ou moins en même temps, et lui aussi pas encore paru, porte le même nom. Il est donc probable que j'ajouterai un sous-titre. Le tout est... d'en trouver un !