Et voilà...

Un mois. C'est étrange. J'ai l'impression que cela fait plus longtemps. Un mois seulement. Un mois même pas. Juste trois semaines.

Je crois que j'ai assez bichonné ce blog, qui n'a vocation de servir qu'après parution d'au moins une de mes oeuvres.

 Le mettre en forme a été un exercice apaisant, mais à y passer plus de temps, il finirait par devenir stressant à son tour.

J'en suis arrivée au point où il ne reste plus qu'à... le remplir.

 

 

Le-livre-de-conte-parchemin

 

J'ai repassé en brouillon tous les articles qui m'ont permis de voir "à quoi ressemblera la chose". Certains sont planifiés. Peut-être seront-il repoussés. On verra bien.

J'ai déjà plusieurs blogs, et plusieurs aussi qui ont sombré faute que j'aie du temps à y accorder.

Celui-ci en faisait partie. Je l'ai vidé et lui ai donné une nouvelle âme, un nouveau destin. Je pourrais poster ici mes démarches éditoriales. Je pourrais... Mais je ne veux pas qu'il devienne un réceptacle à craintes et déceptions. Mes JdB sur "Jeunes Ecrivains" suffiront bien, pour cet usage. Là-bas, on est "entre amis" et en tous cas "entre auteurs", tous dans le même bateau.

Ce blog s'adressera au public du livre ou des livres... Quand ils existeront.

Il n'est pas encore indexé mais le sera sitôt que j'aurai posté cet article. Il ne contient rien, ou quasiment rien. Les tags sur le panneau de configuration du blog, les images dans les albums, les extraits de mes textes qui les illustrent, l'article "ce blog" qui date le jour où le blog a été "recréé"...

Pas assez pour attirer Google, mais ce n'est pas important. En vérité, j'aimerais pouvoir garder mon "2° pseudo" secret jusqu'à parution d'un de mes livres. Pour le moment, il est encore plus vide que cette page. Les dures lois de la logique numérique me conduisent pourtant à ouvrir la porte aux robots.

Alea Jacta est. (comme aurait dit César)

 

Il est 12h12...