2017-Metaphore--s

La lumière entre les feuillages projetait des taches plus claires sur le pelage sombre.
Silencieusement, à pas souples, le monstre aux crocs acérés avançait entre les arbres.
La chasse des grands fauves a toujours fasciné l'être humain. Celui-là était guetté du haut d'un arbre par deux guerriers au corps enduit d'un mélange de graisse de sanglier et de plantes odorantes.
La panthère n'était pas dupe de la ruse. Elle poursuivit néanmoins son chemin sans faire mine d'avoir deviné le bipède-qui-tient-une-arme sous ces étranges effluves. Cette créature n'était pas un gibier pour elle, mais la réciproque était tout aussi vraie. Ils étaient rivaux de chasse, mais ce jour-là, sur ce morceau de forêt, elle devinait la présence de suffisamment de gibier pour eux et pour elle.
Ils n'avaient aucune raison de se battre.
Ouvrant des yeux exorbités, Larry s'arracha à sa couchette en hurlant. Incapable de se dresser sur son séant, à cause des liens qui enserraient ses poings et ses chevilles, il retomba aussitôt en geignant, pour immédiatement se remettre à hurler, et finalement, perdre connaissance avant qu'aucun humain ne soit accouru à son chevet. Les seuls témoins de son réveil restèrent les deux droïdes qu'on avait affectés à sa surveillance exclusive.
L'incident s'étant produit alors qu'on préparait l'infirmerie en vue de recevoir bientôt des blessés peut-être nombreux, on se serait peut-être contenter d'en prendre note... On s'en serait peut-être contenté, si dans les minutes qui suivirent, un pirate venu apporter une caisse de matériel n'avait remarqué que la cuve de léthargie modifiait ses anomalies noirâtres.
On lança toute la batterie des examens ordinaires et moins ordinaires. Bien que toujours bloquée, la cuve semblait en voie de retrouver une gravité intérieure proche de la normale. Proche... Pas normale. Pas encore.
(...)
La panthère, avec son pas souple et sa silhouette invisible entre les ombres des arbres, avançait silencieusement. Crocs d'ivoire acéré sous babines de peau sombre. Monstre dévoreur à la puissance sublime et élégante.
– « Mais bon sang... Qu'est-ce qui ce passe ? »
Bud n'était pas un pirate. Pour cette raison, peut-être, il n'était pas sensible à l'extrême poésie de ces trous noirs en formation qui environnaient 99M, ni à la beauté de l'Espace rempli de vaisseaux de chasse, ni même soucieux de s'interroger sur le pourquoi du comment de ces étrangetés.  
(…)
Flair en éveil, la panthère salivait. Les proies ne manquaient pas, dans ce coin de forêt. Cela tombait à merveille. Elle avait faim. Très faim.
Sur la passerelle, Kalen se précipita vers l'un des pupitres, pour régler à toute vitesse l'écran principal, jouant de toutes les possibilités en matière de précision, de contraste et de capteurs aux perceptions différentes.
Dans la gueule du fauve, le sang de la proie ne laissait déjà plus qu'un arrière-goût très vague. Celui d'une faim inassouvie. Celui d'un appétit qui ne fait que s'éveiller et qui demande, à tout prix, une proie plus grosse.
Malgré toutes les tentatives de l'ingénieur, le petit coin d'Espace où, quelques minutes plus tôt, évoluait un chasseur de la flotte galactique, ne montrait plus désormais qu'un minuscule trou noir.
Il jeta un coup d'oeil à ses assistants. Deux d'entre eux avaient déjà entrepris d'évaluer la voracité de la chose.

*

Précision de contexte: Larry est à l'infirmerie avec des symptômes étranges, en même temps qu'une autre personne, dont l'état encore plus bizarre que le sien évolue selon un rythme semblable. 

Rêve ? Ou autre chose ?

 

Présenté à la 38° session du concours d'Extraits sur le du forum Jeunes Ecrivains (juillet 2015).
Roman space opera "Errances Galactiques".
Thème de la session : "Métaphore".

 

 Extrait-SF-200

Présenté ici tel qu'au concours,
sans retouches ultérieures.

Etat à date du concours :
Bétalecture & correction

Etat actuel :
idem.

 

Tous les posts sur les "Errances Galactiques"
en cliquant ICI.

 

Illustration "panthère cosmique" réalisée par montage (les photos de base ne sont pas à moi)