Ce roman entre dans la catégorie "d'anticipation" puisqu'il se déroule dix ans après sa date de parution. Il entre aussi, et surtout dans la catégorie parodique. Et bien sûr dans celle des invasions extra-terrestre.

1954. "Martien go home". Frederic Brown.  ♦ 

Le livre est tellement connu que je me sens un peu bête d'expliquer qu'au point de départ se trouve un ecrivain en mal d'inspiration. Ecrivain de SF, bien sûr. Et qu'un petit homme vert mal embouché vient frapper à sa porte. Ajoutons qu'un milliard de créatures semblables viennent d'en faire autant un peu partout et sèment la pagaile. Bon ça y est, le décor est planté.

Précisons au passage (on dirai que j'ai oublié de le faire) que l'une des méthodes des martiens, pour semer la zizanie est le bavardage, et que leur facilité à s'introduire partout leur facilite grandement cette occupation.

Martien-go-home

J'ai lu le bouquin pour la première fois quand j'étais ado. Je l'avais trouvé chez un bouquiniste. L'ai relu récemment avec le même exemplaire. Edition de 1989, dans une collection qui indique faire des inédits. Il faut croire que le roman (pourtant un classique) n'était pas sorti en France avant cette date.

Le moins qu'on puisse dire, c'est que cela se lit bien, et que c'est relaxant. Ce n'était pas prémédité (il était sur ma "pile à lire") mais je m'en suis servie pour occuper une fin d'après-midi et une soirée où j'avais la tête en feu (symptôme épileptique et non migraine) et besoin de me détendre. Le remède est efficace.

Cet aspect reposant mis à part, le livre comporte un aspect satirique qui passet très bien. Petites piques délicates dirigées contre la société humaine en général (certaines des années 50, d'autres encore valables), contre le monde de l'édition, contre l'univers de la SF, contre les pseudo-ceci ou cela et les crédules qui foncent dans leurs panneaux (toujours valables et sans doute encore pour un moment), contre les propagances diverses (qui forcément, avec tous ces martiens, ont du souci à se faire). Pour au bout du compte arriver à tournicotter les questions qui tracassent les philosophes et les fous... et peut-être un peu tout le monde.

 

En voulant me l'offrir en version numérique, je ne l'ai trouvé qu'en anglais, sauf sur Amazon (j'aime pas). Par contre, en version papier, non souci.

La couverture présentée ici est celle de de l'exemplaire dont je dispose. Vous ne la trouverez sans doute que chez un bouquiniste.

 Tous les "Grignotages" et "Coups de Vent"
sur thème SF : ICI
.

Les posts concernant mon romande SF : LA.