Un souffle frais frémissait sur l'eau. Les nuages dansaient entre les feuilles humides des nénuphars. Près de la barque amarrée au ponton, une coque blanche s'entrouvrait, lumineuse sur le vert sombre. Quelque chose, dans cette perfection, n'allait pas.

Le soleil.

Vampire-encrage----contours300

Jojo passa machinalement la main dans ses cheveux. Il était assis sur l'herbe. Rien d'étonnant à cela. En plein soleil. Et merde. Une saleté de foutu rêve. Depuis quand se mettait-il à rêver du soleil ? C'était grave, ça. Faudrait qu'il en parle à son psy. Ah ouais... Mais le pauvre n'était pas encore revenu de son arrêt maladie. En changer ? Il aurait fallu en trouver un qui soit solide des nerfs.

– « Paraît que tu t'appelles Joséphin Hameln ?

La voix venait de derrière lui. Elle était grave, sonore, sévère, très sévère même. Fâchée, peut-être. Il hésita à se retourner, mais après tout, puisque c'était un rêve... Qu'avait-il à craindre, sinon de se réveiller ? Il le fit, et trouva en face de lui un homme de forte stature, aux habits sombres. Ses yeux et ses cheveux étaient les mêmes que ceux de Leo. Aussi verts. Aussi roux... Non. Pas les mêmes. Les yeux étaient plus durs et les cheveux coupés plus courts. Surtout... Cet étranger était nettement plus large d'épaules ! Pourtant, il y avait quelque chose... Mais quoi ?

– « Es-tu Joséphin Hameln ? Fils de Leopold Hameln ?

– Oui.

– Faux ! Tu n'es qu'un monstre suceur de sang ! Mon fils faisait œuvre de détruire ces horreurs, et s'il avait eu descendance, elle aurait continué après lui ! Tu n'es rien, et sûrement pas mon petit-fils ! »

Elle était un peu raide, celle-là.

– « Dites donc... Je ne vous connais même pas, et vous m'insultez déjà ?
On va reprendre du départ...
Je m'appelle Joséphin Hameln... Ou si vous préférez, à l'heure actuelle, pour le boulot et les amis humains, Jacques Hanquet.
Et vous ? Votre nom ? Car je présume que vous en avez un, monsieur l'homme en noir ? Dois-je vous appeler Grand-Papa ?

– Faussaire, en plus ?

Femme-et-arbre-contraste-300-contour--S

– Vampire, ça pose quelques problèmes d'identité.
Oh ! Je peux vous appeler « Monsieur », ou bien « Grand-Père ». Mais sacrebleu... Qu'est-ce que vous fichez dans mon rêve?

– Mais... C'est à toi de me l'expliquer, abomination ! J'étais très bien là où je me trouvais !

– Et moi, dans mon fauteuil.

– Si j'avais un épieu... Je...

– Ah... Ca me rappelle quand j'étais gosse... Les soirs où il me voyait m'endormir sur une chaise, Papa disait « au pieu, petit monstre » ! Souvent, il devait m'y porter.
C'est très gentil de vous soucier de mon sommeil... J'espère que le vôtre se passe bien ?

– Comment pourrais-je avoir un bon repos éternel quand des horreurs telles que vous sévissent encore ? Que mon fils en est devenu une ? Qu'il en produit d'autres à son tour ?

– T'es sympa, Pépé, mais t'es agaçant.
Comment on se réveille ?

– C'est toi qui dors. Pas moi. »

Un ange, c'est à dire un silence, passa. Pour être juste, l'étang idyllique qui servait de cadre à ce rêve ne suffisait pas à rendre l'instant moins infernal. Jojo comprenait, soudain, pourquoi Leo parlait si peu de sa jeunesse.

Une bourrasque fit trembler les branches.

– « Hé... T'énerve pas comme ça, gamin.
Aaaat-chii !
Remets le soleil à sa place.
Y fait froid, tout à coup, dans ce rêve.

– Explique-moi ce que t'es venu y faire. »

Non, il ne faisait pas froid. Et de toute façon, c'était un rêve.

Les fantômes qui s'invitent dans les rêves n'y attrapent pas la crève. Ca se saurait.

2016-Boulogne-sur-Mer

 

Présenté au 52° concours d'Extraits du forum Jeunes Ecrivains (octobre 2016).".
Thème de la session : "Rêves".
Série de nouvelles Urban Fantasy "Tutore Noctis"

 Tous les messages concernant
Tutore Noctis en cliquant ICI.

 Extrait-Texte-200

Texte présenté tel qu'au concours,
sans retouches ultérieures.

Etat à date du concours :
écriture / 1° jet.

Etat actuel :
1° jet achevé / au repos.