2016-La-toilette---250--cadre

D'ordinaire, ce sont les malheurs, qui ne viennent pas seuls. Ce mois-ci, ce pourrait être les bonnes choses. Roch tire un siège près de la cuve de soins léthargiques.

– Demain matin, vieux, tu seras grand-père.

On a retiré le couvercle et vidé la gélatine, mais Terry porte encore le masque respiratoire et les perfusions. On devine encore des traces de substance verdâtre un peu partout.

– Ça ne te fait pas plaisir de m'avoir dans ta famille, mais voilà. Cette fois, t'y peux plus rien.

C'est assez rare qu'un malade endormi depuis longtemps se réveille dès la première tentative. Ils vont l'examiner un jour ou deux, ajuster la programmation, puis le remballer dans sa boite.

– Je le fais pas pour t'emmerder. Vraiment. Te voir là, j'en regrette tes poings dans ma tronche.

Printemps-detail--01---150Ce n'est pourtant pas la première fois que Roch voit Terry dans une cuve... Oui, mais cette fois, les chances qu'il se réveille sont quasiment nulles.

 

petite coupure...
Roch continue de parler à Terry, 
tout en se disant qu'il se foutrait de lui
Il rigolerait encore plus s'il savait à quel point Roch a vraiment mal de son absence. Lui qui le traitait toujours comme un chien, ou comme un outil. Non. Pas comme un chien. Ses chiens, justement, il a plus d'égards pour eux que pour les humains.

– Juré-craché, ta gamine, je serai pas aussi con avec elle qu'avec Ally.

Ils l'ont pas ménagé, ces salopards, quand ils lui ont fait la peau. Sur la peau de Terry s'étale une constellation de petits repères pour guider les nanorobots.

– On a pas voulu savoir avant si c'était un garçon ou une fille. J'aurai la surprise tout à l'heure.

En fait, c'est surtout lui qui n'a pas voulu savoir. Sa fille l'énerve trop. Qui vivra verra.

– Ton fils va pas trop mal. Il s'habitue à se balader dans un fauteuil. Tu lui manques.

Roch se sent un peu con, mais il n'a rien de mieux à faire. On l'a foutu à la porte de la chambre où Iris va accoucher. Trop nerveux, qu'y paraît. Trop nerveux, lui ? Trop nerveux, le grand Tête-Rouge ? Peut-être. Sinon, il causerait pas à un quasi mort.

– Laura aussi, tu lui manques. Et moi, j'ai pas de fibre paternelle. En tous cas, je ne sais pas m'en servir avec elle. Avec le petit, tu crois que ça va être mieux ?

Un appareil émet un bip.

– Un côté où elle va mieux, c'est qu'elle mange, maintenant. Par contre, ça fait bien une semaine que j'ai pas entendu le son de sa voix, et un mois qu'elle n'a pas crié.

D'autres bips se font entendre. Ca fait comme un petit carillon, puis s'arrête.

Roch fouille des yeux les écrans, se lève, les examine encore, s'essuie le front, arrache son nœud papillon et détache son col, panique de tout ce bazar auquel il ne comprend rien. Finit par jeter la veste de ce foutu smoking qu'il a endossé pour rien et qui le gêne pour transpirer à son aise.

– Hé ? Pas de blague, hein ?

Ca cafouille de partout. Y se passe des trucs, c'est sûr. Tout remue en même temps. Tout, sauf Terry, bien sûr, qui conserve son allure de cadavre. Gelée verte dégueu en prime.

– Me fais pas la saloperie de claquer ! Je t'interdis de faire ça ! Tu restes dans ta cuve ! Si tu veux crever, attends quelques jours, fais pas ça cette nuit. Bouge pas, je vais chercher du monde. Ta copine Daniela est dans son bureau, je crois. Je la ramène tout de suite.

 

Terry et son fils ont été agressés violemment, l'année précédente.
Il s'opposait à la liaison de sa fille avec Roch, son associé. 
Ally était la femme de Roch. Laura est sa fille.

Présenté au 53° concours d'extraits du forum Jeunes Ecrivains (novembre 2016).
Thème de la session : "Whaaaat !!!???".
Précision : Révélations.
"Sinistre DiscoBall".     /  saison de la Chèvre (8°/12)

 

Tous les messages concernant DiscoBall : ICI.
Description du projet : LA.

Extrait-OLNI-200

  Texte présenté tel qu'au concours, 
sans retouches ultérieures.

Etat du texte à date du concours :
en cours d'écriture.

Etat à date de parution de ce post :
idem