La réputation de Lanokera était en-dessous de la réalité. Très loin de la légendaire dignité de l'aristocratie spatiale, elle allait et venait dans la salle du trône, agitant en tous sens les pendeloques fixées aux manches de sa tunique de cristaux fluorescents.

« Il a trop à faire, dit-il ! Il a trop à faire ! Et moi, donc ? »

L'oeil du Cosmos

Assurément, sans un baron pour l'aider, la malheureuse avait de quoi être débordée, mais Tahman n'avait pas envie de laisser cette excitée lui faire perdre son temps.

« Ma mission de sécurité auprès des exilés de MO432JL-Aster est terminée, Madame. Je demande l'autorisation de disposer d'une salle pour mon entraînement et celui de mes élèves. Il va de soi que j'accepterai de donner des leçons à ceux qui, dans cette cité, le demanderont.

– J'aimerais pouvoir accorder cette demande, mais je ne dispose plus d'aucun emplacement pouvant vous convenir. D'autres maîtres de sabre sont venus et tous exigent une salle.

– Je suis partageur.

– Pas eux ! Deux, en particulier, m'ont brisé les oreilles avec leurs droits de prééminence qui, paraît-il, leur donnerait le pas l'un sur l'autre.

– Que pensez-vous faire pour les calmer ?

– Rien du tout ! Je ne sais qui des deux a raison, et m'en contrefiche. Vous pratiquez un art superbe et que moi-même apprécie fort quand j'en ai le loisir, mais à cette heure, comprenez bien que j'ai d'autres priorités que des caprices de champions orgueilleux.

– Parfaitement, madame.

Artala-avec-contours-200

– Je l'espère, Seigneur Orionass. On vous dit très sensé. Oh mais j'y songe ! Vos élèves sont-ils instruits des choses militaires, ou sont-ils des farfouilleurs d'archives ?

– Mon fils est instruit de ces choses, Madame, mais...

– Parfait ! Il est dès à présent général-protecteur. On vous logera au palais, bien sûr.

– C'est un grand honneur, mais je ne peux accepter, Madame.

– Ma salle d'entraînement sera à votre disposition, et mes fils en seront enchantés.

– Dame Lanokera, nous ne sommes pas apparentés d'assez près à votre famille.

– Enfer et gravitation ! Encore cette stupidité !

– Je...

– Oooh... Je vous ai choqué. Pour me faire pardonner, que diriez-vous de dîner en ma compagnie, Maître Orionass ? »

Bras replié pour amener sa main à hauteur de sa poitrine, elle la présentait à son interlocuteur. C'était soit un oubli supplémentaire au protocole, soit une invitation. Bastian ignorait les rites spatiaux, et n'avait pas saisi, mais Riganor observait attentivement. Tahman se garda de toucher aux doigts offerts, et elle ne les laissa pas. Cependant, elle revint à la charge verbalement.

« Les Orionass sont une famille de grand renom, et vous en êtes peut-être le représentant le plus prestigieux. Nos petits soucis peuvent s'arranger les uns les autres. »

La baronne Lanokera avait de très longs cheveux noirs qui tombaient à terre, tressés et ornés de fleurs artificielles. Une tunique vert clair caparaçonnée de cristaux luminescents tintinnabulait par-dessus sa combinaison vert sombre. Ses yeux étaient redessinés d'une ligne sombre qui s'achevait sur les joues dans un nuage de paillettes disposées sur les pommettes. Tahman rougissait et Bastian et Riganor le virent fermer les yeux quand elle vint s'appuyer sur son épaule.

« Vous n'avez guère le choix, Maître Orionass, et moi non plus. Il me faut quelqu'un pour tenir le poste de général-protecteur, puisque mon frère préfère rester avec sa femme.

 

Préparé pour le 36° concours d'extraits du forum Jeunes Ecrivains.
Non présenté (choix d'un autre texte)
Thème "Rencontre".
Roman Errances Galatiques.

 Tous les messages concernant
les Errances Galactiques en cliquant ICI.

Extrait-SF-200

 Extrait pris sur le texte en 2° jet
avant bétalecture et correction.

A parution de ce post :
bétalecture du roman entamée
puis mise de côté, pour re-peaufinage,
le 2° jet m'ayant finalement paru imparfait.

 

 

Il y a des sabres et des maîtres de sabre, mais on n'est pas dans Star Wars. Les techniques enseignées par Tahman relèvent uniquement de l'art martial (option apprentissage de la concentration... encore qu'ici, la sienne est mise à rude épreuuve).