clope-et-chapeau

Le gosse trouillard avait grandi. Ce fichu père toujours mécontent aurait-il été satisfait de savoir qu'il avait maintenant assez de couilles pour risquer sa vie plusieurs fois par semaine, quand il aurait pu rester tranquillement dans son lit bien au chaud ? Hélas non. Même pas.

Se balader la nuit était interdit et du fait, dangereux, mais cela même lui plaisait. Edmond, là-dessus, pourrait lui faire la morale autant qu'il voudrait. Il ne changerait pas d'avis. Ces rues obscures et ces murs longés sans faire de bruit étaient peut-être le seul moment où il redevenait lui-même. Celui d'avant. Le même qu'en ce temps où Gina lui faisait des niches et où il se sauvait pour ne pas pleurer. Le même, juste un peu plus grand et beaucoup moins chouinard.

2017-07-BB-foulque--250-cadreS'il avait, à présent, rencontré le môme qu'il était à six ans, il l'aurait baffé. Ce mioche n'avait pas de tripes. Comment un enfant ayant une mère comme avait été la sienne pouvait-il être une telle lavette ? Et pourtant, il avait été ça. Un sale petit chieur pleurnichant sans arrêt. Sa santé délicate n'était pas une excuse valable, et d'ailleurs il n'était pas si fragile, à en juger par ce qu'il était devenu.

tapis-detail-01---L250

Il avait gardé peu de souvenirs de son vrai père mais il était sûr d'une chose : le reproche constant qu'il lui faisait d'être « pire qu'une fille ». Sa mère détestait ça, et bien souvent, se fâchait très fort pour le défendre. Elle avait son petit côté lionne enragée quand quelqu'un disait du mal de lui. Il y a des mères comme ça. La sienne était pire que toutes. Le genre de lionne qui s'attaque même au lion. En grandissant, il s'était souvent accusé de leur rupture. Petit à petit, il avait compris qu'en fait, tout ça le dépassait totalement. Il n'était pas responsable. Il avait juste été un argument dans les querelles et une excuse bien pratique pour n'avoir pas à en sortir d'autres, plus désagréables.

Martin fouilla dans sa poche pour en tirer une cigarette, mais renonça à l'allumer au dernier moment. Une odeur de tabac chaud pouvait le dénoncer à une patrouille. Mieux valait filer droit chez Léon et juger une fois là-bas s'il en avait encore envie. Tatiana avait raison. Fumer avant d'avoir quinze ans, c'était une bêtise énorme.

 


Thème : "Enfance".

Roman Réaliste "Ange MARTIN"

 Tous les messages concernant
"Ange Martin"
en cliquant ICI
.

Vignette-Martin Texte présenté tel qu'au 1° jet
Texte découpé en mai 2017.

Etat du texte à cette date :
1° jet achevé / repos.

Etat à date de parution de ce post :
Correction achevée.