L'encre noire du ciel s'étoile de flocons.Theiere--s--250

Une main se pose sur l'épaule de Laura. Elle se laisse tirer à l'intérieur sans regarder la garde du corps anonyme qui lui dit qu'elle va prendre froid, referme la porte de la terrasse et conseille d'aller se changer dans sa chambre, parce que la neige a mouillé sa robe. Froid aux doigts. Trop pour jouer du piano. Pas envie de chanter, non plus. Contemple les orchidées peintes derrière les aiguilles de l'horloge ancienne. Neuf heures et quart. Fichues fleurs qui envahissent tout.

Iris est assise dans l'un des fauteuils. Le projecteur holographique déblatère que le monde va mal. Laura bouscule l'intruse en passant, et s'étale sur le canapé. Elle est la fille de Roch Griffin. Ce salon est le sien. Pourquoi cette petite bâtarde continue-t-elle à pourrir les lieux alors que Terry n'est plus là ? Même s'il était là, cette chose n'aurait rien à faire ici.

2017-puddingGnagnagna... Les infos sont nulles à chier. Dessiné par un crétin, le speaker virtuel est animé par un débile. Iris semble captivée. Pour ne pas avoir l'air de s'ennuyer, Laura rêve à Cody.

Feu d'artifice d'engins quelconques. Gnagnagna... Iris frissonne dans le grand châle où elle enroule les oiseaux et les fleurs de sa robe brodée. Ce serait chouette, si elle avait pris froid. Dehors, il neige toujours. Connerie d'hiver. Laura non plus n'a pas très chaud. La porteflingue lui suggère à nouveau d'aller changer de tenue. Iris lui conseille de le faire, ajoutant qu'elle risque de tomber malade.

– Ta gueule ! J'irai si je veux.

Elles vont insister. Il faut qu'elles insistent. Elle est la fille de Roch Griffin. Son bien-être est précieux. Elles vont insister... Elles n'insistent pas. La porteflingue demande à la petite chienne trop rembourrée si elle veut boire quelque chose de chaud. Elle acquiesce, remercie et demande des biscuits, aussi. Elle devient boulimique en ce moment. La castagneuse chuchote dans son bracelet-téléphone. Laura aimerait bien dézinguer cette gardienne de prison.

Où est passé Terry ? Pas loin... Iris est encore là. Lui aussi, c'est obligé. Alex non plus, n'est pas là. Sale gosse qui ne songe qu'à voyager ou à faire des bêtises. Voilà. Ils sont en voyage.

Derrière la baie vitrée, les duvets blancs volent de travers. Le vent perce la météosphère. Yeux rivés à l'hologramme, Iris n'a vraiment pas l'air d'aller bien. C'est sûr, elle est malade. Quelle bonne nouvelle ! Des fois que ce soit contagieux, il faudra la mépriser sans la bousculer, dans les jours à venir. Elle lui dira des mots blessants, mais ne lui barrera pas le chemin aux portes.

Un mot frappe soudain l'oreille de Laura. Kendall. Cody Kendall. Elle hurle. Une image abominable montre le magicien étendu sur une civière. Livide. Puis son puma cloné, qu'on empêche de le rejoindre dans l'ambulance, et qui gémit comme un enfant. Un malaise pendant l'entracte. Malgré la neige, les fans ont déjà commencé à entourer l'hôpital où il a été transporté.

Ce n'est pas vrai. Cette saleté d'hologramme raconte des mensonges. Laura frappe et refrappe le projecteur de toutes ses forces. Iris se lève, lui disant de se calmer. Elle la gifle, en criant la première injure qui lui vient.

 

Présenté au 62° concours d'Extraits du forum Jeunes Ecrivains (novembre 2017).
Thème de la session : "Veillée".
"Sinistre DiscoBall"    / saison de la Chèvre (8°/12)

Tous les messages concernant DiscoBall : ICI.
Description du projet : LA.

Extrait-OLNI-200

 

 Texte présenté tel qu'à date du concours, 
sans retouches ultérieures.

Etat du texte à date du concours :
en cours d'écriture 

Etat à date de parution de ce post :
idem