2018-09-pret-a-bondir---300

Il lui faudrait sans doute longtemps pour effacer de sa mémoire le souvenir du corps mutilé d'Isidora... Pourquoi lui avaient-il fait ça ? Pourquoi ne pas, simplement, lui trancher la tête ? Pourquoi les bras ? Et les yeux ? La réponse s'imposait. Toute simple. Ils lui avaient retiré les mains par lesquelles elle faisait les gestes incantatoires et les yeux par lesquels elle pouvait avoir le « mauvais oeil ». Tout simplement... Et qu'elle crève ensuite ou ne le fasse pas ne les regardait plus.

C'était sans doute ce qu'ils appelaient avoir un peu de clémence pour une sorcière qui, après tout, n'avait jeté de sort à personne...

La piste d'ondes était toute frémissante, tout fraîche... En d'autres circonstances, Leo aurait hésité à trop se servir de ses pouvoirs en un endroit si empli d'énergies négatives, mais il n'en était plus à ça prêt. Au contraire ! Plus il capterait de ces énergies, plus elles viendraient alimenter sa rage et sa puissance...

Le pouvoir d'Attirance, pour qui sait s'en servir et ne craint pas d'affronter les pires démons cachés au fond de lui-même peut aussi bien être don de Répulsion. Il n'y a pas beaucoup de vampires qui craignent de regarder leur propre noirceur en face. Beaucoup s'en font même une joie.

Cette nuit-là, Leo sentit naître en lui ce goût, particulier aux êtres de la Nuit, de faire s'accroître au fond de lui un potentiel fortement négatif. Il chassa de son esprit tout ce qu'il pouvait y apercevoir d'un peu tendre ou porté sur les choses agréables. Il oublia la douceur des fruits gonflés de soleil, le son de la harpe et celui du clavecin, la lune se reflétant dans l'eau... Il ne conserva que la rage et les tourments.

Une sorte de folie s'empara de lui, proche de celle qu'il avait connue dans les premiers mois de sa vie de vampire mais sans que la faim y soit pour quoi que ce soit. L'instinct le guidait dans sa chasse. Il n'essayait même pas de réfléchir. Sa colère était devenu trop grande et trop douloureuse. Quand ses crocs s'enfoncèrent dans la peau d'un des hommes, il eut un hoquet, et ils en profitèrent pour essayer, à trois, de le frapper. Mauvaise idée... Ils étaient à cheval. Leo commença par déchirer la gorge de celui qu'il tenait et lui briser la nuque du même coup, avant de s'en défaire en le jetant dans les jambes de la monture d'un de ses compagnons. Ensuite, il sauta sur un troisième... Et puis... Et puis, il finit par se retrouver seul au milieu d'une demi-douzaine de cadavres désarticulés.

saisir-le-feuIl se sentait plus calme... Infiniment triste, mais plus calme. Un des chevaux étant venu paître près de lui pendant qu'il écoutait le bruit du vent sur le talus, il lui but une lampée de sang, non par gourmandise mais parce qu'il savait n'avoir pas mangé assez.

Le goût du sang de l'animal n'effaça pas, dans sa bouche, celui de celui de ces hommes, écoeurant de cette substance par laquelle ils se protégeaient contre les êtres de la Nuit. Leo, en se remettant en route lentement se traita de tous les noms de n'avoir pas, autrefois, eu l'idée de se protéger de cette façon. Les gens du Couteau Noir n'avaient pas que de mauvaises idées...

S'il avait été encore chasseur de vampires... Oui, mais... Il ne l'était plus, et s'il tardait trop, Olga allait finir par lui poser des questions. Cela faisait déjà quelques nuits qu'elle fronçait le sourcil de le voir rentrer toujours presque à l'aube.

 

Extrait préparé pour le 56° concours d'Extraits  du forum Jeunes Ecrivains (février 2017).
Non présenté (choix d'un autre texte)
.
Thème : "La Colère".
Série de nouvelles Urban Fantasy "Tutore Noctis"

 Extrait-Texte-200

Texte présenté tel qu'à date du concours,
sans retouches ultérieures.

Etat à date du concours :
1° jet attendant peaufinage.

Etat actuel :
Idem.

 

Tous les posts à propos
de Tutore Noctis en cliquant ICI
.