Nerveux, il guette le spot radar du camion. Angoissé, même. Trois fléchettes… deux de trop. Un homme plus robuste que la moyenne peut parfois en exiger  une deuxième, mais un individu gravement malade… c'est beaucoup trop. Il donne l'ordre de s'arrêter sur un chantier désert pour soigner les blessés. Sitôt les véhicules posés, il court examiner le prisonnier.

2017--porteur---L300

Étendu sur le brancard, et menotté, Terry n'a pas vraiment le visage d'un patient au dernier stade de la maladie grise. Sa peau est blanche et veinée de bleue, mais souple et tiède. Ses lèvres n'ont pas la couleur violette caractéristique de ceux pour qui c'est la fin. Peut-être troisième stade… Mais cela n'explique pas qu'il ait fallu trois épines de paralysant pour le capturer. Et en prime, il commence déjà à remuer. Les gars du labo vont avoir de quoi cogiter quelques jours.

Libérés du camion, les agents arrachent leurs tenues de combat et s'entre-soignent presque en riant. Sauf deux. On ne laisse pas le chef seul avec un suspect dangereux. Oui, mais un petit moment de tête à tête entre frangins, après tellement de temps, ça ne se refuse pas. D'un signe, Mike envoie les gêneurs rejoindre les autres. La dernière fois qu'il a croisé Terry, c'était à son mariage. Brièvement. Clandestinement. Il avait une petite fille. C'était il y a douze ans.

– Mike… T'as perdu du ventre, dis donc. Mais t'as toujours un vieux mur sévère sur la gueule. T'es pas gêné, dans ton genre. T'avais pas un collègue pour faire mon arrestation ?

Et en plus, à peine sorti du coltar, il commence déjà à balancer ce qu'il pense. Malade, mais encore robuste, le petit frère ! Mais c'est bizarre. Chaque fois qu'il ouvre les yeux, il les referme aussitôt.

– Justement. Tu es mon frère. J'ai tenu à le faire.
– C'est conforme à l'éthique professionnelle, ça ?

Il a dit ça du ton le plus sérieux. Strict sur les principes. À sa façon.

– Tu me dis mes droits, et ensuite ça sera quoi le programme ?
– Les droits, faudra attendre qu'on te refile à un autre service. En théorie, on existe pas, donc t'as aucun droit tant que tu es entre nos mains. Autrement dit, comme tu es moins bête qu'à quinze ans, tu vas éviter de faire l'idiot.

À répétition, il ouvre et ferme les yeux. Pourtant, il n'est pas ébloui. On y voit à peine.

– Hmmm… si vous n'existez pas, vous non plus n'avez aucun droit et vous n'avez logiquement pas non plus de mains pour me garder. Quant à ne pas faire l'idiot… me fais pas rigoler, frérot ! Je me gave la cervelle de saloperies depuis que j'ai neuf ans. Ça clapote forcément sous mon crâne.

2017--Shuyin---L300C'était prévisible, mais Mike espérait que les choses se passeraient autrement. Bêtement. En face de lui, l'évidence se fout de sa gueule, allongée sur le brancard. Douloureusement. Le petit frère n'existe plus. Cet homme est juste un criminel endurci. Obstiné, il tente encore sa chance.

– Tu aimes ça, d'engraisser le salaud qui t'a volé tes parts de l'affaire montée par Alex-Pique ?
– Ah non ! Pas ça, Mike ! T'es flic ! Je t'interdis d'attaquer sur ce flanc-là ! Non mais… qui de nous deux a fait des études de Droit ? Tu me prends pour un con ? Et n'essaye pas de me dire que vous n'avez pas à respecter les lois puisque vous n'existez pas !

Si c'est l'usage prolongé de TK qui lui a mis la cervelle dans cet état, c'est une nouveauté. Mike ne se souvient pas avoir jamais rencontré un cas de ce genre.

 

Prsenté au 65° concours d'extraits du forum Jeunes Ecrivains (mars 2018).
Thème de la session : "Fratrie".
"Sinistre DiscoBall".     /  saison du Cheval (7°/12)

 Tous les messages concernant DiscoBall : ICI.

 

 Texte présenté tel qu'à date du concours, sans retouches ultérieures.

Etat du texte à date du concours : en cours d'écriture.
Etat à date de parution de ce post : premier jet achevé.

Parution du texte : sur blog, à partir de janvier 2020.
Saison du Cheval en 2026.

 

Comment s'inscrire à la Newsletter ?

Sur mes autres blogs, je ne regarde pas souvent le nombre des inscrits à la newsletter. Il faut dire que j'emploie fort peu les Newsletters et oublie même régulièrement leur existence. Je n'en envoie pour ainsi dire jamais ! Sur celui-ci, bien qu'il soit tout neuf et pas encore démarré, je m'en soucie beaucoup plus.

http://discoball.canalblog.com