Dernièrement, alors que tout un chacun guettait l'accalmie, la Terre avait drastiquement raidi ses positions et rappelé à ses colonies leur statut inférieur. Il en était résulté qu'un beau matin, sur la cité FY110PA-Citrus, une rixe violente avait éclaté entre des pilotes de la Flotte Intergalactique et le personnel de l'astroport. Le bilan avait été assez lourd et guère glorieux pour les militaires, plus habiles avec un vaisseau de chasse qu'à coups de poings. Sur une autre cité, l'humiliation aurait été moins brutale, mais celle-là possédait quelques dockers ayant déjà vaincu à la lutte flibustière d'authentiques Fils du Cosmos. Dans ces conditions, les dés étaient joués d'avance !

On en avait fait des gorges chaudes partout dans l'Univers.

2017-dame-oiseau---300Avertie de l'incident, la Planète-Mère avait immédiatement pris la mouche et intimé l'ordre à la cité fautive de sévir contre les frondeurs. Des inspecteurs viendraient s'assurer de la façon dont était gérée la cité et les troupes de sécurité locales seraient temporairement placées sous le commandement de l'armée Confédérationnelle. Au très long et solennel vidéomessage annonçant ces mesures avait répondu une courte missive à mise en scène très soignée. On pouvait y admirer la très photogénique baronne de FY110PA-Citrus et ses conseillers venant en grand uniforme à la queue leu-leu et en gros plan effectuer un pied de nez. Cassandra montra l'enregistrement à Bastian en détaillant tous les détails et expliquant la règle d'expressivité silencieuse régnant au sein de l'aristocratie spatiale. Pourtant, la moitié des gestes employés ne provenaient pas des codes rituels. Après cette grimace terrestre, la baronne avait exécuté une longue série de signes propitiatoires spatiaux en reculant jusqu'à son trône, après quoi ses conseillers l'avaient saluée du plus grand respect. Il aurait fallu que les Terrestres soient joliment bouchés pour ne pas comprendre qu'on les priait de se mêler de leurs affaires.

Un deuxième message, plus simple et même pas filmé, avait suivi de près. Il expliquait que FY110PA accueillerait les inspecteurs mais refusait de changer son mode de gestion et refusait l'apport militaire. Puis une série de dépêches émanant du gouvernement terrien, toutes plus longues et autoritaires les unes que les autres, quoique assez comiques dans leur style furibard. Un vidéomessage de la baronne de FY110PA, enregistré sur le ton solennel et grave convenant à la circonstance, avait conclu le spectacle. Cette fois, la séduisante baronne portait une tunique drapée à la façon antique d'un sublime bleu sombre constellé de cristaux multicolores, un grand manteau blanc tout pailleté, et un immense diadème argenté. Le message s'achevait sur une très longue séquence de Chants Stellaires, à laquelle tous les habitants avaient été conviés. Cette cité n'était pas plus réputée qu'une autre pour son art musical, mais quelle habileté à la mise en scène ! Et quelle audace ! Dans tout le Cosmos, les techniciens radio en étaient restés bouche bée.

2009--combat---300Mauvaise joueuse, la Terre avait piqué une fureur de supernova. On avait bien vite constaté, alors que la « Confédération » n'était qu'une mascarade où les représentants des cités ne pouvaient rien faire contre ceux de la Planète-Mère. Avant même que les débats aient eu lieu, les troupes galactiques se préparaient déjà à quitter leurs bases.

 

Employé pour le 73° concours d'extraits du forum Jeunes Ecrivains.
(janvier 2019)
Thème "la pression monte".
Roman "Errances Galatiques".

 Tous les messages concernant
les Errances Galactiques en cliquant ICI.

Extrait-SF-200

 Etat du texte
au moment du découpage de l'extrait : 
énième peaufinage du texte,
avant bétalecture.

Etat à date de ce post :
idem.