2019-07-31--Jeff-cuisineUne sélénite, c'est facilement dans la Lune ! Normal, donc, que j'aie encore oublié de produire quelques articles pour en avoir à publier sur le blog... 

Je manque beaucoup de temps, de façon assez permanente. Je dois avoir un petit souci avec le verbe "s'organiser", et devrais me le donner à conjuguer à tous les temps et toutes les personnes. Ce n'est pas toujours pour les mêmes raisons, mais de façon générale : j'ai la maladie de me coller trop de choses sur l'emploi du temps et ne pas pouvoir tout faire. 

Ayant déjà employé le "joker" de ma petite mascotte pour blablater et occuper de la page la semaine dernière, je devrais éviter de le refaire si vite ! Des fois que je ne publie bientôt plus que des blablas pour dire que je manque de temps... 

27304307_mLe cadran de l'horloge n'est un allié pour personne, et il y a des gens pour qui il est carrément un ennemi féroce. J'en fais partie... et en même temps, passe mon temps à me planifier des objectifs dont je sais qu'ils ne seront pas souvent tenus, toujours faute de temps. Est-ce que par hasard je ferais partie des gens que le stress aide à bosser ? Non, pas du tout. Je panique dès que je me sens stressée. Et pourtant, toutes ces deadlines et ces objectifs auto-imposés, qui sont un peu comme les résolutions difficiles à tenir du Nouvel An, il arrive que j'en atteigne un. 

Le hasard... ou bien l'effet d'accumulation. 

Face à une to-do-list aux airs de montagne, on a le choix entre ne rien faire du tout, ou bien faire ce qu'on arrive à faire dans la masse. 

Et pour écluser la montagne, il faut se fixer des priorités. Mettre des étiquettes "urgent" à ceci et cela, et des "optionnel" à cet autre ceci et cet autre cela. 

sakura--200Ce blog est pour moi un impératif, en ceci qu'il faut le tenir régulièrement pour qu'il conserve une bonne indexation et si possible monte sur google, mais il n'est qu'un outil et non un travail prioritaire. Il lui arrivera peut-être d'avoir des tonalités d'urgence mais pour le moment, ce n'est pas encore arrivé. Je note au passage que sa nature d'outil peut à elle seule faire objet d'un article (un sujet de plus sur la pile des "possible").  

Ah... une chose qui aurait pu faire un sujet d'article très approprié pour aujourd'hui : le nouvel an asiatique. J'y ai pensé... mais ai eu la flemme, ou alors ai manqué d'inspiration. La seule chose que j'ai envie d'en dire, c'est que ce premier jour de l'année du Rat de Métal est aussi celui du début de publication de mon "truc à la con" intitulé "Sinistre DiscoBall". Mais comme j'en ai posté il y a deux semaines le prologue ici, et que ce même prologue est celui qui est sorti aujourd'hui sur le blog créé pour le texte (http://discoball.canalblog.com) ... j'ai un peu une sensation de vacuité. Bizarre ! Il y a un mois, j'avait pourtant calculé de faire un post sur le sujet. J'aurais dû le préparer à l'avance, tant que j'y voyais un intérêt ! 

Ce qu'il y a, aussi, c'est l'effet de fatigue. Je me connais, et sais que quand je suis bien lancée, je peux pondre un pavé sur le sujet ardu que je me suis fixé. Sauf que là, je n'ai ni envie de me demander combien de temps je vais passer à écrire, ni envie de me demander quoi écrire. La caboche a besoin de respirer ! Et voilà comment je me retrouve à blablater pour ne rien dire. Ca repose, ou bien ça défoule, ou bien juste ça donne l'illusion de faire quelque chose.

2020-01-16-chouettes---300Les affaires importantes, en ce moment, c'est avant tout la correction de mon roman avant autoédition. Ce devrait aussi être le formulaire de mon dossier d'entreprise (une modification à effectuer dans mon statut), mais pour le moment j'ai repoussé cela, sans doute jusqu'en mars (si je peux m'en occuper avant, ce sera bien, mais j'en doute). Ne jamais placer plus d'une chose en "priorité absolue".

Les affaires urgentes, c'est... ah là, on sort du centre d'intérêt de ce blog, à savoir l'univers littéraire. Hé oui, je ne vis pratiquement que pour mes bébés de papier, mais tout de même pas que. Les petites chouettes ci-contre ayant trait à ce qui m'occupe tant, l'univers créatif n'en est pas totalement absent, mais c'est marginal. 

Les affaires urgentes, ce sont aussi un roman et des nouvelles à lire et évaluer. Le roman, en tant que bétalectrice. Les nouvelles en tant que membre d'un jury.

Oeil-de-EspaceLa bétalecture, ça va, je commence à être rodée, même si je n'ai pas encore fait le tour des difficultés que cela comporte. Bien que je n'effectue encore qu'une lecture simple et non avec pinaillage systémétique à toutes les pages, j'y avance très lentement, car le texte n'est pas facile. Selon ce qui sortira de mes discussions avec l'auteure, je poursuivrai ensuite sur un passage en mode ultra-pinaille, ou bien pas.  

Le jury... alors là, je me demande un peu ce qui m'a pris de mettre les pieds là-dedans. J'y avance assez peu, mais c'est de la procratination. Il faudra pourtant bien que je me décide à affronter les textes et les noter ! C'est assez stressant, étant moi-même auteure, de devoir attribuer des notes à d'autres auteurs et dire si oui ou non leur texte mérite d'être publié.  Une petite sensation de passage du côté obscur... 

2017-dame-oiseau---300Roman et nouvelles étant tout de même moins urgents (pour le moment) que les occupations "in real life" évoquées ci-dessus, et surtout moins chronophages. Objectivement, ils sont aussi moins importants à mes yeux, car sans lien direct avec mes projets personnels, qu'ils soient de nature créative ou "vie humaine".   

Et voilà comment, dans la montagne de la to-do-list, la préparation de quelques articles pour le blog ne trouve pas sa place ! Pourtant, j'ai des tonnes d'articles en "brouillon", et dans le tas une chronique (entamée voilà un an et demi) pour les "4 filles du Dr March", post qu'il serait tout à fait idoine de sortir maintenant, mais voilà : il faut prendre le temps de les finir. 

Quand j'aurai fini mes corrections, j'essayerai de penser à consacrer une après-midi au blog, pour pondre deux ou trois articles. 

Le truc important, face à une montage comme celle-là, c'est peut-être de tenir compte de la manière dont ceci évolue pour déterminer ce qu'il faut faire du côté de cela...