Depuis 9 mois, nous sommes entrés dans un roman de Science-Fiction.

2018-08-01--Prom-Lapins--L500Les gros amateurs du genre en sont-ils ravis ? Il faudrait que l'un d'eux vienne donner son avis, mais je pense que non. Personne ne lit un roman apo, post-apo ou dystopique en rêvant de se trouver à l'intérieur. Pas plus que les fans de dark fantasy n'ambitionent de croiser la route d'un monstre putride affamé de chair humaine.

On lit parfois, ici ou là, que les auteurs de SF ont prédit ceci ou cela. Le verbe prédire est-il correct ? Pas toujours, et peut-être jamais, mais ce qui est clair c'est que sur certains points, il peuvent donner des idées aux inventeurs et que sur d'autres, ils font un travail de mise en garde.

Il est très possible que nous soyons en train de traverser une période qui sera un jour considérée comme cruciale historiquement. Un tournan ? Un noeud ? Une pause ? Un recul ? Une accélération ? Quelle sera l'issue ? Ou bien les issues, au pluriel ? Impossible à dire !

Déchirures sociales à cause de problèmes ayant couvé plusieurs décennies.  

Planète mourrante qui ne parvient plus à nous porter.

Pandémie frappant toute la planète, stoppant une grosse partie des activités et perturbant les autres.

2019-08-31-mante-coutureFossés entre classes sociales.

Terreur omniprésente

Paranoia généralisée et attisée.

Autoritarisme qui ne fait qu'empirer la grogne.

Tous les ingrédients pour un roman dystopique sont là. Même l'accélération de la technologie en l'espoir de régler des problèmes, sans souci de ce que cela en empirera d'autres. Effectivement, on peut dire que "les auteurs de SF l'avaient prédit"... en l'occurence, on peut dire ça. Mais en fait, ils se seraient bien passé d'être devins et auraient sûrement préféré que cela n'arrive jamais.

Nous vivons probablement une période historique, et c'est assez bizarre d'y songer. Dans cinquante ans, s'il existe encore une civilisation et si elle comporte encore des livre, ceux destinés aux cours d'Histoire de collège s'achèveront sur un chapitre parlant de la crise des années 2020, marquée par les conséquences d'une pandémie, via les effets sociaux engendrés par elle, et par quelques gouvernements, ici et là dans le monde, tous plus stupéfiants les uns que les autres. La suite du synopsis ? Peut-être une partie prochainement, aux USA, et pour la France, dans un an et demie.

2014--dragon-magicien----L500Bon... ce blog n'étant pas destiné à parler politique, je vais essayer de me recentrer, et comme je ne sais plus très bien quel était mon sujet de départ (la pause repas s'est intercalée), cela commence par retrouver la mémoire.

Le lien entre littérature d'Anticipation et évolution des sociétés humaines est voisin de certains textes religieux considérés comme prophétiques. D'ailleurs, alors que les prophètes étaient des gens s'occupant du présent et s'adressant à leurs contemporains, on a dérivé leur nom en synonyme du mot "devin". Certains prophètes, effectivement, évoquent de la divination, mais selon toute probabilité, ce sont des constructions d'après les faits. 

Pour ne piocher que dans les prophètes de la Bible : Jonas, avec la prédiction à propos de Ninive (et la fameuse histoire du poisson, au moyen duquel Dieu l'auraut obligé à accomplir sa mission), ou bien Jérémie, avec celle à propos de la chute du royaume d'Israël et de son morcellement. Sur le Nouveau Testament, il y a Saint Jean, avec l'Apocalypse, qui relève d'un genre prophétique très différent : plus ésotérique et moins ciblé.

Non, non, je ne vais pas dire que Saint Jean a prédit la fin du monde.

Ogun--500Il n'a pas inventé ce genre de propos. D'autres ont parlé de la fin des temps avant lui, ainsi que de leur origine. C'est même un thème commun à toutes les mythologies, avec des quantités de versions toutes plus poétiques les unes que les autres, et pas si naïves qu'elle le semblent de prime abord, car elles sont toutes remplies de symboles.

Saint Jean est intéressant en ceci qu'il a (hé oui), prédit ce qui nous arrive. Ou plutôt, il en a découpé le shéma, comme les auteurs de science-fiction qui analysent leur époque pour en tirer de possibles conséquences dramatiques qu'ils élaborent en nouvelles ou romans.

Les quatre cavaliers de l'Apocalypse...

> Celui qui ravage le monde, avec des guerres, et on peut mettre dans le panier toutes sortes de violences groupées, autour d'un affrontement d'idées ou de peuples. A notre époque, on peut lui attribuer le terrorisme, les conflits sociaux dérivant en émeute et/ou violence policière, les révolutions, etc. Bizarrement, sa description est plutôt attrayante, sans doute parce que l'orgueil tient souvent une grande part dans les origines de conflits. 

2020-05-18--Loir> Celui qui provoque des pénuries, notamment alimentaires. A son sujet, un truc m'intrigue : pourquoi sa mission destructrice comporte-t-elle la précision de ne pas toucher à l'huile ? Peut-être à cause de son emploi dans les rituels religieux ? On le nomme couramment "Famine" mais son rôle est plus vaste.

> Celui qui étend les maladies. Ce troisième cavalier peut être une suite logique des deux premiers (qui eux-même peuvent être conséquence l'un de l'autre), ou bien venir les empirer (cas de figure en lequel nous sommes).

> Celui dit "la Mort", dont je présume qu'on peut aussi le comprendre comme celui de "la fin".

De tous temps, on les a vus comme des fléaux à craindre, et ce fait, il le sont. Mais ils sont aussi ce qui ouvre la porte vers une "suite" plus resplendissante, à savoir la "Jérusalem Céleste" pour ceux qui auront été jugés favorablement par Dieu. Un monde sans peurs, sans injustices, sans famines etc.

Ombres-devant-feuLes Cavaliers de l'Apocalypse évoquent (d'assez loin) un autre cavalier dont la venue doit précéder la Fin et qui viendra armé d'une épée : la 10° réincarnation de Vishnou. Tout comme "Guerre", c'est un conquérant, mais son rôle n'est pas de ravager. Il est supposé établir un monde plus juste et agréable. Cependant, comme la patience des dieux a des limites et que Vishnou aime dormir en paix, ce sera sa dernière intervention.

Les quatre éléments décrits par Saint Jean à travers ses cavaliers se retrouvent dans la littérature pré-apocalyptique.

Conflits
+ pénuries
+ épidémies/pandémie
+ ... heu... potentiellement la Fin

clavier-seleneDe nos jours, on peut ajouter l'Ecologie. Saint Jean, dans son découpage, n'a pas envisagé que la destruction finale puisse s'étendre au Monde dans son entier (planète), mais il faut dire que le Nouveau Testament est beaucoup plus centré sur les humains et notamment leurs esprits/âmes que l'Ancien Testament où beaucoup de "choses matérielles" sont évoquées.

Le cavalier "Ecologie" serait à placer avant les quatre autres, mais peut-être faut-il faire correspondre le sceau rompu (ouvrez cette enveloppe et tapez sur la machine le code secret qui fera tout péter).

Bien... l'inspiration est assez moyennement présente aujourd'hui ( 11 octobre ). On fait ce qu'on peut ! L'article n'est pas génial, mais au moins, je ne me suis pas laissée allée à la flemmingite du "j'y arrive pas". Hé oui ! Ce n'est pas si facile que ça, de tenir un blog de façon régulière et sérieuse.

2009--scribe--250Evidemment, si je ne publie rien, ce n'est pas la Fin du Monde, mais au bout d'un moment, ça fait un peu "Fin du Blog".

Affaire à suive...

Puisque nous sommes dans un roman de Science Fiction, il ne nous reste qu'à poursuivre jusqu'à la dernière page du tome nous concernant, en espérant que l'auteur a prévu un "happy end"... ah non, zut. L'auteur n'existe pas et nous devons écrire les chapitres nous-mêmes.

Affaire continuellement "à suivre" depuis les Origines du Monde.

 

 

 

SVP : pas de polémique dans les commentaires.

 

 

article rédigé le 11 octobre (postage programmé un peu plus tard)