Malgré ma résolution, il y a deux mois, de tenir le blog régulièrement à nouveau, voilà que j'ai laissé passer trois samedis sans rien poster. 

Jeff-Bill--dessin-au-trait-aout-2020Le 21 novembre, c'était clairement, la motivation qui a manqué. Le moral n'était pas bien haut et la cervelle remplie de questions. Le 28, c'était encore pire : bien qu'ayant une chronique de livre toute prête, je n'ai pas publié faute d'avoir le tonus de sortir la photo de l'appareil pour illustrer l'article avec l'image du livre. Le 5 décembre, c'était purement et simplement un choix de faire autre chose, à savoir débarasser mon roman des coquilles qui s'y trouvent encore. Non que j'y passer 100% de mon temps, mais c'est une activité un peu ch... et qui ne donne pas envie d'écrire pendant les pauses. 

Nous voici le 6 décembre, et tout de même, je me dis qu'il faut me remuer un peu le clavier, juste histoire de ne pas oublier comment on fait. 

Au passage : bonne saint Nicolas à tous ceux qui, comme moi, aiment bien ce brave prédécesseur du Papanowel, dont on se demande en quelles circonstances il fera sa tournée cette année

Voilà pour la motivation ! Quant à l'inspiration, elle n'était pas trop là non plus, et n'y est toujours pas beaucoup.

Il n'y a en effet pas que le père Noël qui voit ses activités perturbées. Tout est chamboule ! Pour ce qui est de moi : un bon peu de contrariété, c'est tuant pour le dessin, d'une part à cause de l'inspiration qui en prend un coup et d'autre part parce que ça joue sur mon habileté à manier le crayon. Mon crayon vibre souvent, ou bien se crispe, et ce n'est pas génial pour tracer des lignes très fines comme j'en place souvent sur mes dessins.

Ce qui est grandement chamboulé, c'est d'une part mon envie d'aller demander un peu d'aide pour comprendre les paperasses d'un dossier avant de le remplir, et d'autre part les projets concernant la façon de diffuser mon livre quand il sera enfin prêt à sortir. 

L'exposition de dessins que j'avais envisagée n'est pas totalement annulée, mais elle est devenue très hypothétique, et de ce fait, la recherche d'un lieu pour la faire n'est plus ma priorité. Comme la lumière hivernale ou électrique n'est pas très favorable à manier des peintures, la colorisation des dessins n'est pas non plus au centre de mes activités du moment. 

Par contre, la correstion/finalisation, c'est à dire le décoquillage du texte, ça c'est tout à fait prioritaire ! Et parfaitement indispensable (alors que l'exposition est optionnelle).

Jeff-Bill--colorisation-aout-2020Sans compter que le confinement, c'est très mauvais pour le moral...

Par dessus le marché, j'ai un bon nombre de textes à différentes étapes du travail.  Certains en cours d'écriture ( 1 ), ou bien "en stock" ( 2 ) sous forme de premier jet même pas toujours relu. D'autres en cours de peaufinage ( 3 ) c'est à dire d'amélioration, et comme un premier jet est parfois très différent du produit fini, cela prend parfois beaucoup de temps. Ensuite, ils auront droit à la bétalecture ( 4 ) puis à une correction ( 5 ) potentiellement additionnée de petits bouts de peaufinage, selon les avis donnés par les bétalecteurs.

A ce stade, le texte peut devenir un manuscrit ( 6.a ) à envoyer aux éditeurs, ou bien subir encore plus de correction ( 6.b ) en vue qu'il atteingne un état de livre publiable, et enfin il faudra vérifier et/ou ajuster sa mise en page ( 7 ) et lui ajouter les pages du livre qui ne font pas partie du roman (page de garde, page de titre, page de mentions légales, dédicace...) et bien entendu une couverture ( 8 ). Accessoirement, il faut que je calcule une stratégie de vente ( 9 ), ce qui n'est pas du tout dans mes compétence mais est tout de même indispensable si je veux passer à l'étape publicatoire ( 10).

Après quoi

A > Pour celui de mes textes qui est en cours d'autoédition, c'est le stade n°6.b. Il s'agit de Howahkan, roman de genre Western (type plutôt léonien, quoique moins violent que les films de Sergio Leone, c'est à dire axé mythologie westernienne). Il faudrait que je lui consacre quelques articles, afin de préparer le moment où j'enverrai les "service-presse" et lancerai les précommandes, mais un peu superstitieusement, j'aime mieux attendre que le décoquillage soit terminé. Il se trouve en même temps en n°8 et n°9.

2019-06-27--IMG_2222--500B > Pour mon Space Opera, c'est l'étape n° 3, et comme elle dure depuis un bon moment, j'aimerais bien la terminer. En plus, j'ai des bétalecteurs qui attendent le texte ! Une fois ce peaufinage terminé, j'entamerai celui d'un des épisodes de ma série Urban Fantasy.

C > En parrallèle, il ne faudrait pas oublier le "bidule" publié sur blog. Ce projet-là est supposé durer douze ans, et même s'il s'agit d'un  pari avec moi-même dont je n'attends pas grand-chose côté lectorat, je n'ai pas envie de l'abandonner ou bâcler. J'avais prévu de consacrer le mois d'avril à la partie qui doit être publiée en 2021, mais n'ai pas eu le tonus d'y toucher à ce moment-là. Nous sommes en décembre, e il reste encore beaucoup de boulot là-dessus. Les premiers chapitres sont prêts, mais à partir de la fin mars, le bidule sera "en panne". Il faut e considérer comme à la fois en n°2, en n°3, en n°5 et n°10. Il zappe les n°4, 6, 8 et 9 pour passer ensuite directement à la n°10.

D > Le roman "années 40" a été rangé dans un coin. Il en ressortira peut-être un jour, mais cela me semble peu probable. J'ai renoncé à lui chercher éditeur et ne compte pas essayer de l'autoéditer. Non qu'il me semble raté (au contraire), mais il sera dur à caser et je n'ai pas envie d'y user mes nerfs et/ou perdre mon temps. De ce côté, je ne dépense donc pas beaucoup de temps ni d'énergie !

E > La série Urban Fantasy est à la fois aux étages 1 et 2 (premier jet et peaufinage). J'aimerais ensuite poursuivre sur un ou deux épisodes, en direction d'une autoédition.

Je m'étais accordé, en septembre, le petit cadeau de faire en novembre le Nanowrimo (écrire 50.000 mots en un mois), carotte pour me faire avancer courant octobre sur le peaufinage ( 2 ) du Space Opera et la correction finale ( 6.b ) du Western. Pour finir, j'ai perdu courage aux deux tiers du mois et abandonné la course. J'étais pourtant à un rythme correct et aurais pu réussir le défi, mais j'en ai eu marre, j'ai soudain ressenti ça comme un enfantillage stupide et une perte de temps. Bref : j'ai quitté ce navire pour remonter dans la barque de trucs moins amusants, c'est à dire le ( 2 ), le ( 6.b) et le ( 8 ) et un peu le ( 9).

Jeff-Bill-Noel-sombreF > Et enfin, il y a le petit dernier, un autre Western, de type contemplatif celui-là. Etape n°1, et j'espère qu'il y restera encore un bon moment, car je n'ai pas envie qu'il aille grossir la pile des premiers jets super-moches qui exigeront un giga-peaufinage.

Beaucoup de boulot, ce qui en soit, explique déjà que je consacre moins de temps au blog que j'aimerais le faire.

Et aussi pas mal de questionnements, voire de doutes à combattre, ce qui bouffe la cervelle de façon très nuisible à l'inspiration.

Enfin, il ne faudrait pas oublier, quand même, qu'une fois de temps en temps, il faut se reposer les neurones en s'occupant d'autres activités que la création littéraire ou graphique. Faire la cuisine, par exemple, ou bien en cette saison, les courses de Noël. Non que je compte empiler des montagnes sous un sapin, mais quand même ! Et en plus, je limite les achats sur internet et n'ai pas de compte Amazon (ni l'intention d'en ouvrir un).

D'ailleurs, puisqu'on a un peu plus le droit de sortir : autant en profiter ! Les balades au marché pour ramener des légumes m'ont trop manqué pour ne pas les reprendre, et puisqu'on peut retrouver les petites librairies, j'y ai acheté une partie des cadeaux.