lundi 11 mai 2020

Du 17 mars au 10 mai...

Coucou ! Jeff Bill au micro, pour faire son boulot de mascotte...   Durant le confinement du 17 mars au 10 mai, la sélénite a ( comme beaucoup de gens ) eu le moral dans les chaussettes ( et la créativité un peu aussi ).  Toi, lecteur, je ne sais pas ce qui en est, mais dans son cas, l'espace était plutôt réduit et situé à proximité d'un CHU, avec passage d'hélicoptères à n'importe quel moment de la journée, voire même pendant la nuit.  Les deux premières semaines, ça a été l'anéantissement psychologique total, avec... [Lire la suite]

samedi 9 mai 2020

Deux mois en huis clos...

Le 28 mars, j'avais dit qu'il faudrait que je me remette à tenir le blog un peu plus sérieusement qu'il ne l'était depuis déjà un petit moment. Le confinement, logiquement, aurait dû m'en donner le loisir !  Et pourtant, je ne l'ai pas tellement fait...  Le loisir est une chose, l'envie en est une autre, et comme beaucoup de monde, le confinement m'a un peu démoli le moral.  Je ne sais plus très bien où j'en suis, sur pas mal de points de pas mal d'activités. Et dans les temps à venir, il est probable que ce ne sera... [Lire la suite]
samedi 4 avril 2020

Ciné [2020] Un western français et féministe ? Pas question de louper ça !

"plaisir d'amour ne dure qu'un moment, chagrin d'amour dure toute la vie..."     ♦ 2020. "L'état sauvage" ♦ David Perrault  ♦   Quand on va voir un film avec une impression "à l'avance" très positive, il arrive qu'on soit déçu. Là: non. Je suis sortie de la salle absolument ravie, et n'ai pas peur de le dire : c'était au-delà de mon attente. Cependant, il est certain que ce film peut décevoir d'autres personnes, ayant d'autres attentes.  La première chose qui frappe, en début de film, c'est une... [Lire la suite]
jeudi 6 février 2020

103 ans

        103 ans... Rien que de plus normal qu'il ait fini par s'éteindre ! Mais il y a des gens qui ne meurent jamais tout à fait. Sa légende lui survit, et survivra longtemps.          
Posté par SeleneC à 04:59 PM - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
samedi 4 janvier 2020

[2020] Liste de mes projets en cours

Coutume de janvier sur ce blog : le bilan de ce que la sélénite a sur la planche ! Sans surprise, on y retrouve les mêmes titres que l'an dernier. Les travaux n'avancent pas à vitesse d'autoroute, mais avancent tout de même. L'envie d'avancer un bon coup sur au moins un plan et même si possible plusieurs est pourtant là, et même bien là, mais l'être humain a des limites dans ses capacités. Le nombre de mots pondus en 2019 a été très nettement inférieur à ceux de 2014, 2015, 2016 et 2017, et pas très différent de celui de 2018.... [Lire la suite]
mardi 31 décembre 2019

[ 2020 ] Bonne Année !

Que le Temps passe vite ! Déjà à nouveau le rituel des voeux ! Il est de bon ton de souhaiter au l'année soit bonne, mais est-ce réaliste ? En tous cas, on peut espérer qu'elle soit le moins mauvaise possible. En l'état actuel de notre planète et de ses habitants, ce ne serait déjà pas mal. La liste des voeux à faire de ce côté serait longue, alors je vais me contenter du domaine littéraire. Des progrès au niveau de la rétribution des auteurs et illustrateurs, ou tout au moins une prise de conscience du public et des éditeurs que les... [Lire la suite]
Posté par SeleneC à 11:59 PM - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,
samedi 15 septembre 2018

Nouveau blog... exprès pour DiscoBall

Il était prévu que mon "machin bizarre" soit auto-édité en e-pub. Finalement, ce ne sera pas le cas. Il sortira sur un blog rien qu'à lui, créé tout exprès.   Ce choix a été dicté par des circonstances personnelles qui m'ont conduites à ré-évaluer l'ambition du projet. Cela vaut mieux, de toute façon.   Ce "truc" est un pari assez risqué, qui m'aurait coûté beaucoup de temps en correction et re-correction pour que l'ouvrage soit correct. Sur blog, je me sentirai moins obligée à traquer la plus petite faute (en... [Lire la suite]
samedi 14 juillet 2018

Extrait = encore là, malgré tout

Trois ans, déjà. Trois années qui ont paru à Marie durer trois siècles et qui pourtant n'ont pas cicatrisé le moins du monde sa blessure. Dans son cœur, le sang de Niklas coule toujours sur le trottoir. Tué pour les cartes dans son portefeuille, a dit la police. Marie sait qu'il n'y avait pas que cela, mais elle n'a pas osé parler de ces gens un peu bizarre pour qui il effectuait des travaux informatiques dont il ne voulait pas lui donner les détails. Elle a sans doute eu raison, car deux mois après, un homme tout aussi bizarre que... [Lire la suite]