samedi 3 août 2019

Nano peaufinage

Hello les loarés ! Jeff Bill au micro pour donner des nouvelles de la sélénite.   Après une canicule trop épuisante pour être vraiment productive mais très favorable à rester de longues heures en tête à tête avec un clavier, voilà qu'elle se trouve dans un environnement plus tempéré mais disposant de moins de temps.   Suite au coup de stress qui a conduit à stopper la correction du western et la mettre au repos, elle a entamé le peaufinage d'un roman de type très différent (space opera), histoire de se donner le... [Lire la suite]

samedi 28 juillet 2018

DiscoBall - fin du 1° jet

 Entamé il y a trois ans, mon bidule, mon machin, mon pari à la con qui aurait dû se casser la figure en moins de six mois... a atteint la fin de son premier jet. Comme le plus gros du travail s'y trouve au peaufinage, l'effort est loin d'être terminé. Le bidule est ciblé non sur le scénario mais sur les personnages. Les faits ne sont rien en eux-mêmes. La façon dont ils sont perçus par les protagonistes est tout. Il reste à travailler la narration mais l'aspect factuel est "au complet".  Tous les posts concernant ce... [Lire la suite]
mercredi 6 décembre 2017

NanoWrimo = Yohoho ! Objectif atteint

 Comme les sportifs font un régime et de l'exercice pour se préparer à l'épreuve, on ne se lance pas dans un truc comme le Nano sans avoir un peu préparé le truc à coller dans un fichier texte.  But à atteindre : 50.000 mots. A la vitesse atteinte durant le Camp-Nano de  juillet, il me faudrait deux mois et demi pour boucler. Par conséquent : ne pas partir les mains dans les poches.  Pour les non-initiés : 50.000 mots, c'est le minimum d'un roman, selon conditions de soumission des éditeurs. Pour une idée un... [Lire la suite]
samedi 5 août 2017

Camp Nano = 19.447 mots seulement...

 Ecrire 50.000 mots en un mois, je sais que j'en suis capable. Je l'ai déjà fait, et même plus que ça. Seulement... n°1  > c'était un peu particulier. j'étais malade, et du coup disposais de beaucoup de  temps.  Seulement... n°2  > j'aime avoir le droit de flemmarder ou même changer de texte si celui que j'ai sur la page me fatigue ou ne m'inspire pas. L'idée de me fixer un objectif élevé et par là une obligation de cadence sur longue durée me fait peur.  50.000 mots c'est le nombre du... [Lire la suite]