2018-08-04--Ambleteuse-digue--03----L500Notant dans un coin de tête qu’il fallait se méfier des jeunes gens vêtus en gothique et des professeurs de Littérature, elle demanda où était garé le véhicule, puis s’esquiva en offrant un souriant aperçu de ses crocs. Une petite morsure l'avait tentée, mais cela aurait été une faute diplomatique. Aussi longtemps qu’elle ne savait pas ce qui se passait, il valait mieux qu’elle évite de se mettre à dos les Gardiens de la Nuit. Elle était classée “très dangereuse” dans leurs fichiers. Pour qu’ils aient envoyé un messager à sa rencontre, il fallait que la situation soit grave !

Les deux apprentis attendaient à l’emplacement indiqué. Ils avaient bien l’allure de ces pauvres épaves que Léo recyclait en prétendus vampires pour leur donner une chance de faire de leur existence un peu plus que n’en font les chiens, les chats et les canaris. Deux tronches de petits cons, emballées dans des fringues aussi voyantes que douteuses de qualité et d’élégance. Olga ne savait pas sonder les âmes aussi bien que son ancien élève, mais elle aurait parié que les leurs étaient creuses comme des radis secs. Elle évita de laisser paraître son ressenti, et comme les détritus en question étaient souvent dotés d’un potentiel magique, bloqua soigneusement son esprit, au cas où l’un deux serait télépathe.

saisir-le-feuElle n’avais jamais visité l’appartement parisien de Léo et Géraldine, et fut agréablement surprise par les coussins de tapisserie ornés de serpents, les vases à têtes de mort et les photographies de châteaux sur les murs. Hélas, cette décoration n’était sûrement pas l’œuvre de Léo mais plutôt de sa compagne. Elle en eut la confirmation en passant devant la porte ouverte de son bureau. Boiseries à motifs art déco, fauteuils de cuir clair, autour d'une table basse en marqueterie d'inspiration Louis XV, bouquet ikebana, et lustre discret mais géométriquement moderne. Trop chaleureux et paisible pour un vampire tel que lui ! Pire encore : de part et d'autre de la fenêtre trônaient deux miroirs hauts et étroits, et on en voyait un grand rond au-dessus du fauteuil pivotant que squattaient trois gros chats noirs. Des miroirs ? Quelle suffocante horreur ! Comme Jojo se trouvait assis sur la table, occupé à téléphoner, elle écarta temporairement les questions de bon ou mauvais goût en habitat vampirique.

Lune-78---L500Il l’avait aperçue, d’ailleurs, et lui désigna un siège tout en continuant à conférer cours boursier de la mémoire informatique, des petits pois, du poulet Bio et plein de marchandises à la mode. Elle déposa Lope sur le tapis, sortit de son bagage à main un bocal rempli de scarabées, les lâcha sur le sol pour qu'il s'amuse, prit un livre sur une étagère et s’installa. Un polar. Non, vraiment, il ne changerait jamais ! A coup sûr, ce nigaud à cœur de chevalier s’était encore fourré dans des emmerdes indignes d'une créature des ténèbres. Lope, pendant ce temps, courait à quatre pattes après les insectes, et les écrasait joyeusement.

De tous les élèves qu'elle ait créés, Léo était le plus réussi en termes de puissance, mais quand donc comprendrait-il que quand on a un cœur qui ne pulse plus le sang, il est de très mauvais genre d'y placer de la guimauve et des édredons de plume ?

Et que dire de Jojo ? Il restait son chérubin des ombres, son bébé croquant, son fils aîné, et le resterait toujours. Mais fichtre ! Quel déplorable maucréature faisait-il !

 

Extrait présenté au 79° concours d'Extraits du forum Jeunes Ecrivains (août 2019).
Série de nouvelles Urban Fantasy "Tutore Noctis".
Thème de la session : "Décadence".

Extrait-Texte-200

Texte présenté tel qu'au concours,
sans retouches ultérieures.

Etat à date du concours :
attend peaufinage et correction.

Etat actuel :
idem.

 

 Tous les posts à propos
de "Tutore Noctis" : cliquer ICI
.