samedi 7 septembre 2019

Extrait = comme un jouet brisé

Les cousines, les filles de l'oncle Jo, font les fières, les princesses, les grandes dames. Assises sur les jolies petites chaises à dimension d'enfant, elles se montrent leurs poupées comme les mamans leurs enfants. Lui, il écoute sans rien dire. Il est chez lui, dans sa chambre, au milieu des jouets offerts par son père très riche, mais le jeu ne lui appartient pas. Ce sont elles qui décident. Encore plus exclue que lui, mais moins passive, Gina a ouvert un livre d'images. Lui, il se contente de serrer les mains sur sa chaise, et... [Lire la suite]

samedi 9 février 2019

2018 [livre] Tu ne le diras à personne

Attention âmes sensibles ! On pourrait résumer ainsi mon ressenti quand j'ai terminé la lecture. Et pourtant : livre très réussi, sans doute possible.  ♦ "Tu ne le diras à personne"  ♦ Armonia Zyra.   ♦ ♦ Réaliste douloureux  ♦ 2018   ♦   Pas de dégoulinades de sang ni de coups de poings ou de feu qui traversent l'écran.  C'est très rude, mais autrement. Pas d'aventure tripantes ni de héros ou anti-héros. Ce roman est d'un réalisme très net, et violemment psychologique. ... [Lire la suite]
samedi 16 juin 2018

Extrait = petit bonhomme dix ans plus tard

Le gosse trouillard avait grandi. Ce fichu père toujours mécontent aurait-il été satisfait de savoir qu'il avait maintenant assez de couilles pour risquer sa vie plusieurs fois par semaine, quand il aurait pu rester tranquillement dans son lit bien au chaud ? Hélas non. Même pas. Se balader la nuit était interdit et du fait, dangereux, mais cela même lui plaisait. Edmond, là-dessus, pourrait lui faire la morale autant qu'il voudrait. Il ne changerait pas d'avis. Ces rues obscures et ces murs longés sans faire de bruit étaient... [Lire la suite]
samedi 4 novembre 2017

Extrait = Terreur en famille

Pas bien loin d'une poupée qui s'ennuie sur un coussin, le petit train a déraillé de son circuit. Les petits cyclistes en carton sont tombés et les soldats en plomb aussi. Un coup de pied dans le tapis, c'est un séisme ravageur. Les vitres crépitent sans discontinuer. Il pleut. L'oncle Jo, malgré ses épaules rembourrées de muscles, sanglote comme un enfant. Alexis l'a fait asseoir dans un fauteuil. Grand-Mère s'est sentie mal, et il a fallu la mener s'étendre. Les cousines piaillent. Les voisins se lamentent. La tante Golda est... [Lire la suite]
samedi 25 février 2017

⸎ [ 2 ] Mensonge accepté...

La 2° crise... N° 1 en cliquant ICI. Sur le coup, il y a a eu la terreur de la crise même. La trouille abominable de cette main qui n'obéit plus et bouge toute seule. Du morceau de corps devenu fou. Puis, très vite, la peur du docteur. Dès l'instant où les parents se seraient rendus compte que j'étais malade, ils allaient appeler le docteur. J'avais une trouille folle du docteur. La trouille atroce inspirée par la crise s'est multipliée par cette autre. Une autre peur, en pespective, s'est profilée. Elle n'était pas infondée,... [Lire la suite]
Posté par SeleneC à 12:00 PM - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
samedi 26 novembre 2016

⸎ [ 1 ] La peur et le silence

La 1° crise... C'était il y a trente-cinq ans. Cours élémentaire 1° année.  Je suis entrée au CP à 5 ans. Au CE1 à 6 ans. J'ai donc 6 ans et demi, ou bien 7 ans. Selon la date de l'année. Je ne sais plus quel jour c'était. Par contre, c'était un exercice de calcul. N'allez pas penser que j'y pense tous les jours. En fait, pendant des années, j'ai détesté penser à ce jour, et mes souvenirs étaient plutôt flous. Ces derniers jours, ils sont brutalement revenus. Flou artistique effacé. Il paraîtra surprenant que l'incident soit... [Lire la suite]
samedi 12 novembre 2016

Extrait = Haine

Trop de méchantes farces... Auxquelles il ne répondait jamais, mais dont elle faisait de son mieux pour qu'elles le blessent très fort. Il ne se vengeait jamais d'elle. Au pire, il allait pleurer dans son coin. Une vraie lavette. Il y avait eu des bons moments, quand même. Jouer tout seul, c'est si ennuyeux ! Il partageait volontiers ses jouets avec elle. Les jours où ses cousines venaient, ça devenait compliqué, parce qu'elles étaient soit plus jeunes soit plus âgées que lui et que de toutes façons, c'étaient des filles et... [Lire la suite]